Suivez-nous Facebook Twitter

Affaire T. Ramadan

Aux sources de l'antisémitisme musulman  (22 min)

B. Lefebvre - professeur - A. Mercier - Journaliste

ORGANISATEUR
 
 

15 commentaires

Islam 16 février 12:46, par Gérard Collet

Si je puis me permettre...

L'affrontement est simple : d'un coté l'Être, de l'autre le non Être. Dit autrement : Un sujet d'un coté, un non sujet -soumis - de l'autre.
Hélas, ce que le sujet révèle au non-sujet c'est son obscénité de non sujet soumis.
Comment voulez vous que cela puisse être accepté ?
Par essence, l'islam est violent et anti-sémite.
Il ne se préoccupe, essentiellement toujours, que du corps à soumettre.
Il est évident tout de même que même le libre arbitre n'existe pas en islam puisque cet espace de liberté échapperait à D. Ieu.
Si l'occident est si faible, c'est parce qu'il est décadent et se soumet de plus en plus au vertige -suicidaire- d'un affaiblissement, voire d'une remise en question, de l'interdit de l'inceste. ... Et donc de la question du Père et de la loi qu'il fonde.
Comment rester humain sans loi ?
Soit en l'associant à l'amour, ... Soit en l'associant au sabre ! ?

Antisémites... Sans juifs ! 08 février 13:12, par Alex

Je suis professeur dans un collège REP de Strasbourg. On a droit chaque semaine à des propos judéophobes de la part d'élèves. Je tiens à préciser qu'il n'y a aucun élève juif dans notre établissement. Les propos antijuifs deviennent un vecteur d'adhésion au groupe. Bref, tu veux t'intégrer dans le groupe de quartier, tu tiens des propos antijuifs. Désastreux !

Antisémitisme en terre d'islam 17 novembre 10:20, par edmond amar

à nicolas et ratfucker : au maroc (je parle de ce que je connais un peu), l'antisémitisme au quotidien était surtout fait de mépris et d'antipathie comme le montrent le langage : "l'ihoudi hassak" "le juif, excusez l'expression ", la littérature populaire "dégage ta sale gueule de ma vue ! " dit un juge à un juif en procès contre un arabe, remarque : c'est le juif qui porte plainte auprès d'un juge arabe ! Témoignage personnel : un épicier engueule une cliente : réplique : "pourquoi tu me parles comme ça ? Suis-je une juive ? ", l'antisémitisme façon drumont, soral, fait de satanisation, "les juifs dominent... ", de complotisme, ETAIT inconnu. Le conflit israélo arabe et la présence croissante de musulmans en europe ont provoqué chez les musulmans (quel pourcentage ?)une haine croissante envers les juifs, haine accentuée par la contamination par les stéréotypes de l'antisémitisme européen, aujourd'hui répandus dans nos banlieues et dans le monde arabe. Quant au sionisme, les premiers vers de l'hatiqwah : "kol od balébab pénima... aïn lésionn sofia " s'appliquent mot pour mot au vécu des juifs du maroc et ce fut une motivation majeure de la 3aliyya : les mouvements sionistes présents au maroc travaillaient sur un terreau fertile... Et facile !

Touner autour du pot... 16 novembre 23:20, par Azrine.

Oui... Oui, on peut toujours gloser sur les racines du mal, analyser les relations de causalité et Mme Lefebvre le fait très bien comme tellement d'autres. Mais comment se perdre en intellectualités - aussi pertinentes soient-elles - sans aborder le péché originel qui a conduit l'Europe a franchir ce point de non-retour : Les nationalismes européens ont été émasculés par une stratégie de dilution allogène massive qui n'est pas sans conséquence pour Israël.
Autrement dit, d'une façon ou d'une autre, il est toujours dramatique de constater que l'Histoire ne fait que se répéter.

Mythe et histoire 16 novembre 15:07, par edmond amar

à Ratfucker : je n'ai jamais parlé de mythe de l'Andalousie (un mythe en effet) ni de multiculturalisme fraternel (autre mythe) mais d'une simple coexistence EN GENERAL, qui n'excluait pas des actes PONCTUELS de violence. Je nie la thèse des expulsions, spoliations délibérées, étatiques dans tout le monde arabe, à l'exception de l'Irak et de l'Egypte. Je maintiens les causalités majeures du départ des juifs du monde arabe : économiques, sionisme, plus le cas algérien : les juifs ont quitté plus comme "pieds noirs" que comme juifs. Mon narratif n'a rien de complaisant ; je suis historien et j'insiste sur la complexité, la variété des situations. La thèse des expulsions spoliations est comparable à celle des palestinolâtres (comme vous dites)qui affirment que 700000 arabes ont été chassés par la soldatesque sioniste ; thèse aussi shématique que celle opposée, des radios arabes appelant à la fuite. J'ai une haine profonde pour l'ujfp et jacob cohen ; m'assimiler à ces gens est "révoltant". Je suis sioniste, c'est à dire partisant inconditionnel de l'existence d'israël ; c'est pour cela que je considère l'immobilisme de netaniahu et l'annexionnisme de bennet comme dangereux car menant tout droit à l'état binational c'est à dire à la fin du sionisme. Je ne vois donc dans mon propos ni anti sionisme ni carriérisme (ma carrière est loin derrière !) ; bobo séfarade ? Si vous voulez !

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 
 
 
 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie des conférenciers

Barbara Lefebvre - professeur d’histoire-géographie

Barbara Lefebvre est une enseignante française (histoire-géographie) née à Paris en 1972. De décembre 2008 à août 2011, elle est chargée de mission au Haut conseil à l’intégration dont elle membre de la mission laïcité.
En 2002, elle contribue à l'ouvrage collectif "Les territoires perdus de la République". Elle y livre un témoignage personnel sur la montée de l’antisémitisme et du sexisme dans les établissements scolaires des zones urbaines sensibles. Elle dénonce avec ses coauteurs l'inertie des autorités devant la montée de la haine antijuive et antioccidentale provenant de jeunes se revendiquant de leur identité musulmane. 
En 2004, elle intègre la LICRA où elle co-préside la Commission Education. Elle restera un membre actif du bureau en janvier 2010.
Entre 2006 et 2009 elle est membre du comité éditorial du mensuel "Le meilleur des mondes». Entre 2006 et 2010 elle est membre du comité éditorial de la revue "Controverses" dirigée par Shmuel Trigano.
Elle publie de nombreuses tribunes dans la presse française sur la question scolaire et éducative, l'antisémitisme, la défense de la laïcité républicaine
Depuis juin 2017, elle est présidente de l'association "Voir et Dire ce que l'on voit"  qui dénonce la judiciarisation du débat d'idées en France. L’association est née suite au procès intenté par le CCIF contre l'historien Georges Bensoussan.
Le 6 juin 2017 elle est signataire L'appel de 17 intellectuels: «Que la vérité soit dite sur le meurtre de Sarah Halimi» publié dans Le Figaro.
 

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier est journaliste à la rédaction de France Culture, présentateur du journal de 12h30, il mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Bibliographie des conférenciers

Barbara Lefebvre - professeur d’histoire-géographie
  • Les Territoires perdus de la République, sous la dir. d'Emmanuel Brenner, (Pluriel, 2015 )
    Acheter
  • Une France soumise. Les voix du refus, Sous la dir. de Georges Bensoussan, (Albin Michel, 2017)
    Acheter
  • Autopsie d'un déni d'antisémitisme. Autour du procès fait à Georges Bensoussan, (L'Artilleur, 2017)
    Acheter
 
Antoine Mercier - Journaliste
  • Regards sur la crise, (Editions Hermann, novembre 2009)
    Acheter
  • Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, novembre 2012)
    Acheter
  • Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , janvier 2009)
    Acheter
 

Bibliographie générale

Sélection d'une liste d'ouvrages sur le sujet
  • L'antisémitisme expliqué aux jeunes, Michel Wieworka , (Seuil, 2014)
    Amazon
  • Une France antijuive ? regards sur la nouvelle configuration judéophobe , Pierre-André Taguieff, (CNRS, 2015)
    Amazon
  • Le nouvel antisémitisme ; avatars d'une haine ancestrale, Henri Deleersnijder, (Renaissance du Livre, 2015)
    Amazon
 

Sur la toile

Autres liens utiles
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences des conférenciers