Suivez-nous Facebook Twitter

Science et conscience - n° 26

A'harei mot - Kedochim: la sainteté au quotidien  (36 min)

Michel Revel - professeur de médecine

ORGANISATEUR
 
 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 
 
 
 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Michel Revel - professeur de médecine

Michel Revel est professeur de génétique moléculaire à l’Institut Weizmann des Sciences de Rehovot. (Mise à jour: juin 2009)

Bibliographie générale

Sélection d'une liste d'ouvrages sur le sujet
  • Leçons sur la Torah: Notes sur la paracha, Léon Askenazi, (Albin Michel, 2007)
    Amazon
  • Le pouvoir de bénir: Méditations sur les lectures hebdomadaires de la Torah, David Saada, (Bibliophane, 2006)
    Amazon
  • Rachi de Troyes, Simon Schwarzfuchs, Mochè Catane , (Albin Michel, 2005)
    Amazon
  • L'anthropologue et la Bible: Lecture du Lévitique, Mary Douglas et Jean l'Hour (traduction), (Bayard Centurion, 2004)
    Amazon
  • L'Univers Hébraïque: Du monde païen à l'humanisme biblique, Armand Abécassis, (Albin Michel, 2003)
    Amazon | Rachel
  • La parole et l'écrit, tome 1: Penser la tradition juive aujourd'hui, Léon Askenazi et Marcel Goldmann, (Albin Michel, 2001)
    Amazon
  • Pour comprendre la Bible: La Leçon d'André Chouraqui, Cyril Aslanov, (Du Rocher, 1999)
    Amazon
  • Une histoire des Hébreux, Richard Lebeau, (Tallandier, 1998)
    Amazon
  • Brèves leçons bibliques, Yeshayahou Leibowitz, (Desclée de Brouwer, 1995)
    Amazon | Rachel
  • Le verger de Joel, Shlomo Aviner, (Jérusalem, 1990)
    Amazon
  • En méditant la sidra, Néhama Leibowitz, (Jérusalem, 1981)
    Amazon | Rachel
  • La Voix de la Thora: commentaire du Pentateuque, Elie Munk, (Fondation Lévy, 1976)
    Amazon | Rachel
  • La Thora commentée, Marc Breuer, (Keren Hasefer, 1969)
    Amazon | Rachel
 

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat

Autres textes utiles

Autres textes du conférencier ou sur le sujet

Sur la toile

Voir le dossier sur Melamed

Melamed: le portail de l'étude et de l'enseignement

Questions d'internautes

Questions d'internautes et réponses du conférencier

Question de l'internaute:
Vous dites que le monde n'est pas parfait (guerre, famine, catastrophes) pourtant il est dit que toute ces imperfections sont dûes à un manque de justice voir commentaire de meam loez pirké avot (5.8, 5.9 )

------------------
Réponse du conférencier:
Cher Monsieur,

si j'ai bien compris votre question, vous demandez si le texte des Pirkei Avot (chapitre 5, Mishna 8 et 9) ne veut pas dire que le mal qui arrive dans le Monde est le résultat des fautes de l'Homme, comme par exemple un manque de justice. Certes, je vous le concède, mais comment comprendre ceci à propos de la question: le monde est-il parfait ou n'est-il pas plutôt "à perfectionner" comme je l'ai développé dans mon exposé.

Dans un monde parfait, D. est en droit exiger de nous une conduite parfaite. La punition fait partie du plan divin (Hakadosh Barouch Hou exerce la Midat HaDin) et toutes les catastrophes seraient une punition pour nos fautes. Mais pourquoi cet homme créé parfait vient-il à enfreindre les commandements divins? D’où vient ce libre-arbitre, et n'est-il pas justement la marque d'un "aléatoire" inséré dans la Création? Maimonide (Rambam) insiste sur cette liberté de l'homme dans son commentaire sur la Mishna des Pirkei Avot  (chap 3): "Tout est prévu mais la liberté est donnée" (Hakol Tsafouy VeHareshout Netouna). Rambam écrit: " ne croit pas que parce que D. a une prescience de tout, il s'en suit que tout est déterminé, c'est-à-dire que les actions de l'homme lui soit imposées. Ce n'est pas ainsi, mais l'homme est libre d'agir comme il le veut" (Voir aussi Rambam dans  Shemone Perakim, chap 8). L'homme n'est donc pas parfait, puisqu'il peut choisir de faire une Mitzva ou de ne pas la faire.

Notre Maître, le Rav Léon Ashkenazi (Manitou) explicite que la liberté humaine est le résultat d'un monde voulu imparfait par le Créateur. Je vous cite d'un livre de Manitou paru en Hebreu "Hasod HaIvri" (Le secret Hebreu, pages 48-50). "Le fossé entre le Monde de la Vérité et le monde réel provient de ce que seulement une partie du potentiel de la Création est mise à l'oeuvre…D. se "dissimule" derrière les lois de la Nature..pour permettre à la Creation d'avoir un libre choix" [tout l'Univers, pas seulement l'Homme est libre]. Manitou ajoute: "Il est important de comprendre que cette Imperfection (Chosser Shelemout) ne fait pas seulement partie du plan divin, mais qu'elle y est obligatoire…de ceci ressort que le monde que nous connaissons est à priori un monde de manque (Olam Chasser)", [c'est le Tsimtsum de la Kabbala]. Pour Manitou il s'agit d'une idée centrale au Judaïsme. Il n'y a pas de "péché originel" comme chez les chrétiens, qui signifierait que le monde est parfait mais que l'homme le détruit. Il faut comprendre que le fait même que l'homme ait un choix implique l'imperfection voulue par D.

En plus je vous rappelle les Midrashim que je cite dans mon exposé, entre autre  (Bereshit Rabba 11, 7): "tout ce qui a été créé dans les 6  jours de Bereshit, doit être parachevé". Ainsi également les textes du Zohar que je cite, notamment celui sur" Asher Bara Elokim Laassot", que le Zohar explique: D. a créé un monde encore "à faire" (Zohar Soulam Bereshit Bet, page 120).

Venons en maintenant au texte des Pirkei Avot (5, 8) que vous évoquez: La guerre vient dans le monde a cause du retard à faire la Justice et la distorsion de la Justice.  Je vous donne le commentaire du Rav Kook (Ayin Aya sur Talmud Shabbat 82, où la même idée est écrite). "La vie réelle est pleine de conflits, les hommes s'entrechoquent dans une guerre de survie. La Justice doit restaurer la vérité et la paix afin que l'amertume de la vie s'adoucisse et ne se déchaîne plus dans la colère…Quand la Justice n'a pas cette force idéale, toutes les imperfections se rajoutent les unes aux autre et provoquent une mortelle maladie sociale". Le Rav Kook voit bien que l'action de l'homme à faire la Justice est nécessaire pour réparer un monde d'amertume, où les imperfections risquent d'entraîner une catastrophe.

La Bible nous commande-t-elle de voir dans les catastrophes et les souffrances une punition (méritée ou non) pour nos fautes?? Tout le livre de Job vient répondre à cette interrogation, par la négative. Job s'oppose aux efforts de ses trois amis, venus le consoler de la perte de sa famille et de sa fortune, de lui faire avouer une faute qui expliquerait ses souffrances. Le dernier chapitre du livre de Job ou D. lui parle, donne raison a Job: il est un juste et ce qui lui arrive n'est pas une punition. Le livre de Job nous enseigne comment se conduire dans le malheur: Bénir le nom divin dans le bien et dans le mal. (Et ainsi dans le Talmud, la femme de Rabbi Meir le console lorsqu'ils perdent leurs enfants). Il n'y a pas dans la souffrance une punition divine pour les péchés de l'homme (contrairement au Christianisme). Au contraire, l'homme doit tout faire pour éviter souffrances, maladies, catastrophes et guerre, en faisant le Tikun (réparation) du monde imparfait, une tâche dans laquelle il est appelé à être le partenaire du Créateur pour réparer le monde.

Ce qui nous est demandé, devant le mal ou le malheur, c'est une introspection qui vise a réexaminer tout ce que nous aurions dû réparer par nos actions et que nous avons manque de faire (le mot péché en hébreu Chet, veut dire manquer comme dans 'manquer la cible que l'on vise'). C'est ce que le Pirkei Avot nous demande de faire: il ne s'agit pas d'une punition pour n'avoir pas obéit à D., mais d'un engagement à faire plus d'efforts pour réparer le monde imparfait.

Je vous remercie de m'avoir adressé cette question et espère que dans mes succins éléments de réponse, vous verrez une autre manière d'éclairer la responsabilité que la Torah exige de l'homme juif dans ce monde.

Avec mon cordial shalom,
Prof. Michel Revel, Jerusalem, Israël

  • Questions/réponses du conférencier
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier