Suivez-nous Facebook Twitter

Les tsitsit, pense-bêtes d'un peuple - n° 33

Chela'h le'ha: le travail de mémoire  (31 min)

Liora Huberman - biologiste

ORGANISATEUR
 
 

4 commentaires

Bravo ! 08 juin 14:48, par Reo

Tres beau cours. Resumé de la paracha explication detaillé d'un point particulier, au top ! Merci !

Très beau message 07 juin 09:40, par Alain C.

Bravo Liora pour cet enseignement très intéressant. De nos jours où on parle beaucoup du pouvoir des images, cette Parasha est plus que jamais d'actualité, et nous donne un juste équilibre entre révélation (yeux), interprétation (coeur) et mémoire (cerveau).
Shabbat shalom.

Super 04 juin 10:00, par anne laure guri

Tres interessant liora !

Le compte est bon. 03 juin 11:48, par B. Vaisbrot

Votre exposé est intéressant, très riche, quoique un peu morcelé ; mais si vous permettez, 3 petites remarques :
1) les fils d'un Tsistith n'étaient pas tous bleus ; vous rectifiez d'ailleurs vers la fin.
2) RaShI ne dit pas de faire 613 nœuds. Il dit que l'on retrouve nombre 613 par Guematria : les lettres tsadé, yod, tsadé, yod צ, , י, צ, י font déjà 200, la lettre tav ת fait 400. Chaque Tsitsith est fait de 4 fils repliés, ce qui fait 8 et comporte 5 nœuds, 5 8 600 = 613 = 248 365 (commandements d'action et d'interdiction). Les cinq nœuds de chaque frange délimitent 4 intervalles le long de la frange, qui contiennent chacun un nombre précis de tours faits avec un fil plus long que les 3 autres. Rite ashkénaze : 7 8 11 13 = 39 (L'Éternel est un). Rite séfarade : 5 6 7 8 = 26 (l'Éternel). Le symbole de la frange est de rappeler que tous les principes de la
tradition émanent d'un seul et même Créateur, d'où le rattachement de ce paragraphe des Tsistsith aux deux premiers du "Shema", bien qu'il ne figure pas dans les 4 paragraphes des tefilines.
3) Zakhor eth yom haShabbath leKaDDéSho (forme nominale du verbe au pi''èl : en vue de sa sanctification).

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 
 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Liora Huberman - biologiste

Liora Huberman est née à Paris en 1986.
Elle habite aujourd’hui à Jérusalem avec son mari David et ses deux petites filles. Après une licence de biotechnologie, elle obtient un master en génétique et biochimie à l’institut Weizmann. Puis elle étudie le Talmud à Matan  (Jérusalem) pendant quatre ans.
Elle y a également donné un cours de Talmud pour femmes en français. Elle dirige actuellement  le pôle scientifique d'une start-up dans le domaine médical  et enseigne la Torah dans une midrasha. 

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier