Suivez-nous Facebook Twitter

Le 'herem, de Jéricho à Spinoza - n° 33

Be'houkotaï: l'art juif de l'anathème  (21 min)

Sophie Bigot-Goldblum - Enseignante

ORGANISATEUR
 
 

3 commentaires

Le Cas Spinoza-Avez vous relu Barucjh ? 01 juin 09:22, par Alain

Il semblerai qu'il'y ait controverse sur l'autorité de ceux qui ont prononcé le'herem sur Spinoza à son époque.

Mais sur le fond et comme le dit Lévinas (altérité et transcendance) :
" Selon le jeune Spinoza la bonté divine implique transfert total du divin dans la nature. L'infini de Dieu et l'infini du monde ne font plus qu'un dans le Spinozisme pour ne se distinguer que comme natura naturante et natura naturata... Une philosophie ambitieuse poursuivant jusqu'au bout l'identification du rationnel et de l'infini... "

Voilà bien Spinoza s'exclure de lui même de l'Ecriture. Mais dans " Avez vous relu Baruch ? Et après le cas Spinoza écrit 10 ans plus tôt (très sévère), Lévinas encore (dans Difficile liberté)écrit à la fin de son article :

"... La signification éthique de l'Ecriture dont le génie de Spinoza aura su apercevoir l'irréductibilité, qu'il aura su mettre à part à l'époque où pourtant les axiomes, encore superbes, n'avaient rien à craindre des axiomatiques, a survécu au dogmatisme des idées adéquates. La philosophie n'est elle pas sur le point d'en sourdre comme d'un roc solitaire ? ".

De la dissidence 26 mai 20:31, par V.L.

Votre exposé pose des questions intéressantes.

Concernant Spinoza, il n’était pas banni que de la communauté juive d’Amsterdam. Ses livres qui ont été publiés après sa mort ont globalement été interdits.
La biographie qu’a écrite sur lui Colerus est très instructive et permet d’apprendre des détails souvent oubliés par l’histoire.

Je pense que la vraie question n’est pas “La Tora aurait-elle un problème avec les dissidents ? ”, mais “pourquoi la dissidence ? ”.

Souverain bien 26 mai 11:20, par sion elbaz

Bonjour à vous
la question est simple entre toutes choses si vous deviez préciser ce que vous considérez vous comme votre "souverain bien"... Et bientot vous aurez trouvé la substance de Spinoza qui répète Platon !
merci à vous.

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Sophie Bigot-Goldblum - Enseignante

Titulaire d’un master recherche de L’EHESS (Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales), ainsi que d’un Master d’Études Juives de l’Université Hébraïque de Jérusalem, Sophie Bigot-Goldblum étudie à l’Institut Pardes, à Jérusalem.

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier