Suivez-nous Facebook Twitter

Difficile liberation - n° 15

Bo: le procès fait aux Hébreux  (24 min)

Sophie Bigot-Goldblum - Enseignante

ORGANISATEUR
 
 

6 commentaires

Paracha Bo 11 janvier 14:40, par Sophie B

Tres tres interressant posant quelques questions essentielles.

Merci 07 janvier 18:07, par G

Une conférence brillante, qui pose des questions passionnantes. Bravo et merci.

La nature de la dette à l'égard des Hébreux et des Juifs 07 janvier 12:38, par Angèle

Un grand merci à Sobieski (voir ses remarques plus haut) pour cette reprise du commentaire et pour ses calculs qui font apparaître une lourde dette des nations vis à vis des enfants d'Israël. C'était déjà le cas de Laban vis à vis de Jacob. Cette analyse chiffrée, dans les grandes lignes, dévoile en effet un aspect autre et autrement dramatique et tragique des rapports entre Israël et les nations, un Israël contraint au don par nécessité conjoncturelle et par vocation spirituelle et des nations ne pouvant recevoir le don que sur le mode du déni par exploitation ou massacre du donateur.
N'est ce pas une clé de compréhension de la haine que développe celui que se sait endetté et qui le dénie par tous les moyens ? Comment sortir de ce cercle vicieux et mortifère ?
Sans compter que si en effet il ne suffit pas de se libérer et d'être libre, encore faut-il libérer l'autre ; mais l'autre peut devenir furieusement féroce face à une liberté dont il ne veut pas car elle lui projette immédiatement la perspective de l'ampleur de sa dette, vision manifestement insoutenable, sauf à entrer à son tour dans une économie du don, ce qui nécessité une élévation spirituelle, une étude, une persévérance et par conséquent un travail de création permanent dont l'esclave ne veut pas.

Dette 07 janvier 10:05, par Yohanam

Plus les persécutions, la shoah etc.

La dette de l'Egypte à l'égard d'Israël 06 janvier 12:31, par Sobieski

Une parenthèse s’impose : est-ce que les nations ont une dette vis-à-vis d’Israël ? Est-ce que le monde islamique a une dette envers l’Etat d’Israël ? Est-ce que les nations ont une dette vis-à-vis d’Israël ?
Les dettes que les nations sont redevables à Israël sont tellement énormes que rien ne pourra jamais les apurer.
Pour prendre comme exemple l’esclavage en Egypte, le travail forcé en Egypte du peuple hébreu équivaudrait à 18, 6 x le PNB (Produit National Brut) égyptien. En économie, le produit national brut (PNB) correspond à la production annuelle de richesses (valeur des biens et services créés - valeur des biens et services détruits ou transformés durant le processus de production) créées par un pays, que cette production se déroule sur le sol national ou à l’étranger.
Si pendant l’esclavage en Egypte, on compte les 600. 000 hommes (Genèse 47 : 11, Exode 12 : 37) qui ont travaillé pour le Pharaon égyptien pendant 400 ans, on peut raisonnablement estimer le salaire minimum dû par l’Egypte à l’Etat d’Israël à approximativement :

600. 000 ouvriers x 400 ans x 365 jours x 8h/jour x 14, 6541 euros/heure (salaire d’un maçon selon la Commission paritaire de la construction en Belgique la CP124) :

600. 000 x 400 x 365 x 8 x 14, 6541 = 10269. 593. 280. 000, soit 10269 milliards et 593 millions 280. 000 euros ce qui nous fait en dollars : 12, 5253094 billion de dollars américains


On pourrait raisonnablement doubler et même tripler et même sextupler ces chiffres puisque les femmes et les enfants étaient obligés de travailler aussi et non pas 8h par jour mais du lever du soleil au coucher du soleil soit de 12 à 15h/jour.

Ce qui modifie notre calcul en comptant le père, la mère et les 2 enfants soit 600. 000 x 4

2. 400. 000 ouvriers x 400 ans x 365 jours x 15h/jour x 14, 6541 euros/heure =
77. 021. 949. 600. 000 ou 77021 milliards d’Euros.

Soit 93. 989. 114. 877. 384 dollars US

Ajoutons à cela le bénéfice que l’Egypte retire de la construction par les esclaves hébreux des Pyramides. On estime le budget annuel du tourisme de l’Egypte à 14 milliards de dollars qui pourraient revenir en bonne partie à Israël. Cela signifie que si on suppose arbitrairement la restitution des bénéfices octroyés aux ouvriers qui devrait revenir à Israël au moins un tiers de 4 milliards de dollars multipliés par une centaine d’années on aurait dans ce cas, 400 milliards de dollars de dettes.

Total de la dette de l’Égypte due à Israël :

Salaires des ouvriers 93. 989. 114. 877. 384, 00 $
Tourisme égyptien 400. 000. 000. 000, 00 $
Sous-total 94. 389. 114. 877. 384, 00 $
Intérêts annuels /- 1, 75% 1. 651. 809. 510. 354, 22 $
Total de la dette 96. 040. 924. 387. 738, 22 $


En comptant la valeur ajoutée et les intérêts composés, on pourrait facilement avoisiner la barre des cent mille milliards de dollars (100 000 000 000 000 $ ou 81 977 000 000. 000 €)

L’exil à Babylone concernait 40 000 personnes pendant une bonne centaine d’années. Cet exil équivaudrait à lui seul à 230 Milliards de dollars de dettes de salaires non payés.
Si on remonte à l’esclavage par les dominations arabes successives, on n’aurait pas assez de place dans nos calculatrices pour estimer la dette des nations arabes envers Israël.
Tout compte fait, ces chiffres ne sont encore rien à comparer avec la dette humaine énorme et aujourd’hui spirituelle selon laquelle, l’Eternel aurait mis à l’écart son propre peuple pour le salut des nations. Pour que les nations reçoivent Yeshoua comme Sauveur, l’Eternel a en quelque sorte endurci, aveuglé son propre peuple.
Lors des visites touristiques en Egypte aujourd’hui, on se paie le luxe l’aller payer l’Office du Tourisme de la nation égyptienne aujourd’hui au 21ème siècle pour visiter les pyramides pour des travaux effectués de force par une autre nation : Israël !

Et nous n’aurions pas de dettes envers Israël ?

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 
 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Sophie Bigot-Goldblum - Enseignante

Titulaire d’un master recherche de L’EHESS (Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales), ainsi que d’un Master d’Études Juives de l’Université Hébraïque de Jérusalem, Sophie Bigot-Goldblum étudie à l’Institut Pardes, à Jérusalem.

Bibliographie générale

Sélection d'une liste d'ouvrages sur le sujet
  • La cuisine juive en Alsace, Freddy Raphael , (Nuee Bleue, 2005)
    Amazon
  • Les juifs d'Alsace et de Lorraine ; de 1870 à nos jours , Freddy Raphael , (Albin Michel, 2018 )
    Amazon
 

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

  • Mission: sortie d'Egypte - n° 15
    Bo: le syndrome juif de Stockholm  (17 min)
    Dov Maimon, chercheur - Jérusalem, novembre 2017
  • Pharaon hypnotisé - n° 15
    Bo: Moïse et la pensée magique  (23 min)
    Paul-Laurent Assoun, psychanalyste - EN STUDIO - Paris, octobre 2016
  • Pharaon et le culte de la nature - n° 14
    Vaéra: la soumission idolâtre  (23 min)
    Jean-Michel Alimi, astrophysicien Studio Akadem - Paris, décembre 2015
  • L'écriture et son interprétation - n° 15
    Bo: libérer nos textes  (23 min)
    Michel Bensoussan, Chirurgien-dentiste - Jérusalem, septembre 2015
  • Les plaies s'abattent sur l'Egypte - n° 15
    Bo: les ténèbres de l'exil  (21 min)
    Daniel Lemler, psychanalyste - Strasbourg, janvier 2015
  • Les séquelles de la sortie d'Egypte - n° 15
    Bo: l'anarchisme juif  (26 min)
    Mikhaël Benadmon, Enseignant - Jérusalem, décembre 2013

Les autres conférences du conférencier