Suivez-nous Facebook Twitter

Judah et Joseph, deux archétypes - n° 11

Vayigach: la définition d'un juif  (30 min)

Shimon Mercer-Wood - Porte parole de l'ambassade d'Israel

ORGANISATEUR
 
 

6 commentaires

Plan et objectif de Yosef 16 décembre 10:55, par gerardelie

Un grand merci pour cette analyse intéressante qui compléte efficacement la présentation de Mr Wygoda shmuel sur la méme paracha (cf lien http : //www. Akadem. Org/sommaire/paracha/5769/parachat-hachavoua-5769/vayigach-le-lent-cheminement-vers-la-fraternite-15-12-2008-7506_4310. Php)
l'analyse des'symétries de situation et de comportement des protagonistes est particuliérement enrichissante.
cependant un point à réfuter sur lequel je rejoins le commentaire précédent de Mr Vaisbrot : non, yosef ne veut pas se venger, non yosef n'est pas cruel : la meilleure preuve c'est qu'à 3 reprises il se retire pour pleurer !
voir mikets 62, 24 et 63, 30 puis dans vayigach'pleurs avec ses fréres autour de lui.
Yosef a un seul objectif : que ses fréres reconnaissent leurs fautes et rectifient leur comportement, ce qui se résume par le mot'Arév', comme l'exprime Mr Wygoda'ki ani arav éte hanaar', je me suis porté garant de mon frére...
et ce n'est qu'à partir de cette fraternité reconstruite que le peuple d'israél a pu émerger :
un peuple issu d'une famille de méres juives et non juives, de fréres et de demi-fréres, d'ou sa portée universelle.

Merci à tous conférencier et commentateurs 15 décembre 15:05, par Véronique

Parole et écrits se complètent. Harmonie de la pensée qui s'exprime ! J'ajouterai ceci : Hachem est absent "apparemment" du texte, mais nos deux protagonistes Yehuda et Yossef agissent par souci de Dieu, et c'est ce qui leur donne la force d'agir avec conviction, se montrant fidèles à leur manière, à leur identité juive, se sachant choisis, aimés de Dieu. Leur regard se tourne du géniteur vers le Créateur.

Toda ! 14 décembre 12:45, par DE POTTER Anne

Le parallèle entre les deux scènes est plein d'enseignements.

Merci ! 09 décembre 23:31, par V.L.

Merci pour cette magistrale et magnifique présentation, c’était passionnant !

Altruisme et abnégation 09 décembre 19:47, par B. Vaisbrot

Bravo pour cet exposé bien ciblé et très clair. Cependant je voudrais ne pas voir dans Yossef un être qui garde rancœur envers ses frères. Il veut leur bien et tend la perche à Yehouda en lui donnant avec l'épisode de la coupe une occasion de montrer son amélioration intérieure. Si Yehouda a compris qu'il faut revenir sur ses erreurs, Yossef fait preuve désormais de discrétion et s'efforce de ne pas jeter l'accusation à la face de ses frères, mais il les pousse à réfléchir de manière indirecte. Le juste ne doit pas écraser le pécheur, comme on l'a vu avec Avraham et Lot, sinon c'est la rupture. Yossef pleurera dans la parasha suivante lorsque ses frères se sentiront à nouveau coupables, une fois leur père disparu : il pleure parce qu'il constate qu'is ne se sentent toujours pas pardonnés. Il n'a pas réussi à leur faire accepter leur faute comme définitivement passée et absoute. Ils le craignent, donc ne sont pas de tout cœur avec lui. Par extension : la relation d'un pécheur à Dieu se doit de compléter son retour par une stabilité (yessod) dans la repentance.

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 
 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Shimon Mercer-Wood - Porte parole de l'ambassade d'Israel

Shimon Mercer-Wood est né en 1982. Entré dans la carrière diplomatique en 2008, il est le porte-parole de l'ambassade d'Israël en France. Il prépare une thèse en philosophie analytique sur les fichiers mentaux.

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier