Suivez-nous Facebook Twitter

Open Chamber Orchestra

Smetana et la Moldau, à la découverte de compositeurs oubliés  (85 min)

Y. Benaim - T. Coman - alto solo - D. De-Williencourt - violoncelliste -  Open-Chamber-Orchestra - orchestre

ORGANISATEUR
Open Chamber Orchestra https://www.openchambe...
 
 

2 commentaires

Enregistrement : réponse 20 juin 16:58, par OpenChamberOrchestra

Merci Samuel pour cette belle idée !
Nous y réfléchissons en effet...
Laissez-nous un mail à OpenChamberOrchestra@gmail.com, et nous vous en dirons un peu plus !

Enregistrement 20 juin 11:48, par Samuel

Peut-on acheter votre cd ? Merci.

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
Open Chamber Orchestra https://www.openchambe...
 
 
 
ORGANISATEUR
Open Chamber Orchestra https://www.openchambe...
 
 

Biographie des conférenciers

Yair Benaim - violoniste

Yaïr Benaïm se distingue au sein de sa génération en remportant en 1990 le prix de musique de chambre du « Israel Broadcasting Authority » et en obtenant le satut national très prisé d’Artiste Emérite de l’Etat d’Israël, ainsi que des bourses de la fondation Amérique- Israël pour la culture.

En 1997, il rencontre à Paris Gérard Poulet qui deviendra son Maître.En 2000, il fonde le Quatuor Benaïm, avec lequel il remporte des prix internationaux importants (ARD-Munich en 2004, prix du Ministère de la Culture au concours international de Bordeaux en 2007).

Depuis 2006, Yaïr Benaïm joue sur un violon Camillo Camilli de 1747, aimablement prêté par Gérard Poulet.

Titulaire du Certificat d’Aptitude, il est actuellement professeur de violon et de musique de chambre aux conservatoires municipaux des 8ème et 15ème arrondissements de Paris, où il dirige les ensemble à cordes.

Il participe régulièrement à des concerts-lecture, avec les comédiennes. Il se produit en 2013 en tant que violoniste et comédien dans la pièce « pour un oui ou pour un non » de Nathalie Sarraute avec la compagnie Ultima Chamada. En 2014 il est appelé à jouer avec la compagnie C(h)aracter dans la pièce « Haïm, à la lumière d’un violon » aux cotés de Mélanie Doutey et Dana Ciocarlie,sur des scènes importantes en France, « La Criée » scène nationale, « Les Sablons », « Le Pin Galant » et d’autres.

Sa passion pour la direction d’ensembles le porte dès 2009 vers des études de direction d’orchestre. Il vient de créer un nouvel orchestre, l’Open Chamber Orchestra, en région parisienne, dont les piliers sont l’excellence et la musique de chambre.

 

Theodor Coman - alto solo

Depuis 1995, Theodor Coman est soliste à l’Orchestre National de France, altiste du Quatuor Arpeggione 2001 – 2003 et du quatuor Renoirest alto solo à l’Orchestre National de Paris et membre du trio à cordes de Paris. 

Né à Bucarest en 1965, il commence l’étude du violon à l’âge de cinq ans avec son père. A quatorze ans, il est séduit par l’alto, et décide de s’y consacrer.

Premier Prix d’alto au CNSM de Bucarest, il remporte chaque année le Premier Prix au Concours National d’Alto de Roumanie de 1981 à 1987. En 1986, il obtient le Deuxième Grand Prix au Concours International « Maurice Vieux » à Lille. Il enregistre alors régulièrement à la Radio et Télévision roumaines.

• 1988 : Il acquiert le Diplôme National d’Etudes Supérieurs de Musique à Bucarest.

• 1990 : Dès son arrivée en France, il est reçu Alto Solo à l’Orchestre National d’Ile de France, avec lequel il joue plusieurs fois en soliste.

• 1993 : Membre du « Trio à cordes de Paris », il réalise avec lui des disques et des tournées en Europe et en Russie.

Teodor Coman a enseigné au C.N.R. de Rueil-Malmaison et à l’Ecole Normale de Musique de Paris « Alfred Cortot » jusqu’en 2003.

 

Dominique De-Williencourt - violoncelliste

Dominique De Villiecourt est compositeur et violoncelliste.

Dominique de Williencourt se présente comme le disciple des violoncellistes André Navarra, Philippe Muller, Mstislav Rostropovitch et du compositeur Jean Hubeau. Instrumentiste renommé, il se produit dans le monde entier et a obtenu le grand prix de l’Académie du disque. De nombreux compositeurs lui dédicacent des œuvres, parmi lesquels Nicolas Bacri, Thierry Lancino, Jean-Louis Florentz ou encore François Vercken.

Président de l’association Pour que l’Esprit vive (Résidences et Académie de la Prée), directeur artistique de la société de production musicale Europ & Art, organisateur de croisières musicales, il est aussi, avec Jean Ferrandis, le fondateur de l’Ensemble EDGEDE.

Dans ses œuvres, Dominique de Williencourt s’inspire de la Genèse (Bersabée pour violoncelle et orchestre, 2004 ; Abraham et Isaac pour baryton, flûte et orchestre à cordes, 2006), mais surtout de ses nombreux voyages. Tonalité et atonalité dialoguent dans des réminiscences arméniennes (Echmiadzine et le mont Ararat pour violoncelle, 1998), tibétaines (Dharamsala, la montagne aux aromates pour octuor de violoncelles), ukrainiennes (Xer Xès pour trois violoncelles et orchestre à cordes) ou encore russes (Slava Valentin pour octuor de violoncelles, 2009).

Open-Chamber-Orchestra - orchestre

L’Open Chamber Orchestra est un orchestre symphonique qui innove avec un concept unique : commencer chacun de ses concerts par une œuvre de musique de chambre, dans laquelle le chef d’orchestre joue avec quelques uns des musiciens.
 
 
Il a été fondé en 2017 par Yaïr Benaïm, chef d’orchestre et violoniste.
Après 13 années à la tête d’un quatuor à cordes, le Quatuor Benaïm, à la carrière internationale, Yaïr Benaïm souhaite maintenant insuffler l’esprit et l’osmose de la musique de chambre à l’échelle symphonique.
 
 
L’une des valeurs fondamentales de l’Open Chamber Orchestra est donc la musique de chambre. La seconde est l’excellence.
 
 
L’excellence car les musiciens sont parmi les meilleurs en France - Nathalie Shaw, Guillaume Paoletti, Jean-Michel Tavernier, TeodorComan et Diana Ligeti, pour n’en citer que quelques-uns. Ce sont des musiciens qui occupent des postes importants de solistes dans des orchestres nationaux, au CNSM de Paris, et plus généralement dans la vie musicale internationale.
 
 
L’Open Chamber Orchestra est régulièrement soutenu dans ses projets par des organismes publics et privés, comme la Mairie de Paris, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, ou encore l’Institut Alain de Rothschild.