Suivez-nous Facebook Twitter

Le Pen, vous et moi

"Pour le F.N, les juifs sont inassimilables"  (32 min)

Serge Moati - journaliste

ORGANISATEUR
Cercle Bernard Lazare http://www.bernardlaza...
 
 

12 commentaires

Pour M. Moati 26 janvier 18:38, par B'rno

Pas d'accord M. Moati sur tous les éléments que vous avez analysé.
Pour J. M. Lepen. OK. Pour Marion ? On verra.
PourMarine LePen. Elle n'est pas antisémite. Elle a été rejetée injustement au motif qu'elle est la fille de son père et non pas au nom d'elle même, de ses déclarations ou de ses actes. Alors qu'elle a cherché à se rapprocher des juifs.
L'humanisme juif estime qu'il lui faut défendre l'Islam ; c'est une position idéologique, religieuse et n'a rien à voir avec une alliance politique. D'ailleurs l'Islam ne défend jamais un juif, bien au contraire il est considéré comme un ennemi.
Les juifs ne peuvent plus se payer le luxe de rejeter la moindre main tendue.
L'Islam (les pays musulmans) par le biais de Arafat en est arrivé à croire que les palestiniens ont été volés et chassés de leur biens et de leur terre. Moralité aujourd'hui ces personnes cherchent vengeance. C'est la raison pour laquelle aucune tentative de paix n'est envisageable et qu'Israël est en grave danger de se retrouver seul contre le reste du monde entier qui souhaite la paix. Donc en danger de disparaître pour cause de démocratie.
Ce qui est idiot c'est que vous n'aurez pas connaissance des commentaires, alors que vous souhaitez la contradiction pour mieux comprendre. Ce système est à revoir.
Nadjean a raison.

Correction réaction à Mr Moati 25 janvier 10:10, par Yaacov G

Je vous ai envoyé une intervention et me suis rendu compte qu’elle pouvait avoir l’air quelque peu hors sujet, en fait j’avais effacé le texte qui expliqué la motivation de son écriture, la voici ci-dessous  :

Il y a une vingtaine d’année, j’ai eu l’occasion de rencontrer Mr Moati, il m’avait alors interviewé, me semble-il dans le cadre d’un livre qu’il rédigeait alors.

J’ai gardé le souvenir, d’une personne honnête et sincère dans son propos.
Il est portant arrivé quelque chose qui m’avait frappé, lors d’une interview (qui était filmé), Mr Moati m’avait demandé de continuer hors caméra car disait-il que je l’avais « interpellé » dans son identité en tant que Juif. Etait-ce une manœuvre de journaliste pour me mettre en confiance, je ne sais pas, mais le fait qu’une personne de sa stature puisse avoir été « interpelée », par un jeune militant d’une vingtaine d’année alors, est resté dans mon souvenir.

Cette vidéo m’a rappelé ce thème de confusion d’identité si spécifique au peuple Juif et qui me « passionne ». Je ne voulais pas avoir l’air de « stigmatisé » cette « critique » à la personne de Mr Moati mais, c’est pourquoi j’avais dans un premier temps enlevé ce passage.

Article originale publié (avec quelques légères modifications) :

Je pense que souvent, lorsque nous parlons d'antisémitisme, nous faisons abstraction de deux données fondamentales, qu'est-ce qu'un Juif, et comment le peuple Juif est-il perçu par un non Juif.

Une donnée essentiel pour se faire une idée de ce dont nous parlons, est de prendre acte de l'incroyable et de la singulière diversité qui fait partie intégrante de la nature même du peuple Juif.
Et c'est d’ailleurs cet état de fait, qui est la source d'une confusion identitaire sans pareil, au sein même de notre peuple.

Pour schématiser, lorsqu’un non Juif demande à un Juif qui es-tu  ? Il ne reçoit généralement en retour qu’un bégaiement indistinct ou un nombre de réponse aussi éclectique et divers que de personnes interpellées.
Il faut bien comprendre que cette spécifié si naturel aux Juifs laisse la place à tous les phantasmes paranoïaques que développeront les antisémites.

Tentons de donner une définition du peuple Juif d'après son patrimoine  :
Selon les plus anciennes sources, connus de quasiment toute l'humanité (la bible), le peuple Juif est née en exil, par deux fois il sera souverain sur sa terre mais toute deux aboutirons à une diaspora forcé.
Depuis ces deux milliers d'années, son patrimoine s'est considérablement enrichi des terres d'asiles ou il a séjourné. Au grès des persécutions, les Juif ont sillonné la plupart des terres connues du monde à travers les siècles.
Il a été témoin et parfois acteur des plus grands événements de l'histoire, le Christianisme et ses différents courants sont indéniablement lié au peuple Juif.
Le peuple Juif a été témoins de la naissance de l'Islam et de son expansion, ils vécurent à la fois en terre Chrétienne et en terre d'Islam.

Dans l'histoire moderne, lorsque les révolutions en Europe les libérèrent des ghettos, d'une manière générale, les Juifs réagirent de trois façons distinctes principales.
Avant de les décrire, il faut prendre en considération que la tradition originelle et commune à tous les Juifs de l'époque vient de ce que l'on appelle l'étude du Talmud. Le Talmud étant la mise par écrit de l'enseignement orale de la bible dont le langage « métaphorique » ne permet pas de mise en application.
Dans cette enseignement, toutes les opinions sont permises et débattus, il n'existe ni tabous ni sujets interdits, et aucunes controverses, du moment qu'elle s'exprime avec sincérité, n'est mise de côté, c'est pourquoi on considère que le Talmud ne finit jamais de s'écrire.

En cette ère moderne, l'une des premières grandes réactions fut d'entrer dans le monde de l'étude universitaire, c'était un moyen de satisfaire cette curiosité alimenté par des siècles d'études, mais aussi motivé par une reconnaissance et la volonté d'intégration à ces « nouvelles » nations libératrices. Ces deux raisons expliquent sans doute la surreprésentation de personnalité Juive dans les domaines culturels et scientifiques de l'époque.

La deuxième réaction fut une grande méfiance et une crainte de l'assimilation, l’attrait de cette nouvelle liberté et l'ouverture du monde universitaire était très séduisante mais n'allait-elle pas causé la fin d'un patrimoine plusieurs fois millénaires et si difficilement acquis  ?

Une troisième réaction plus marginal tenta de ne renoncer à aucune de ses options et s'essaya à une osmose entre tradition et modernité, fidélité et ouverture.

Ces trois attitudes se reflètes jusqu'à nos jours et s'exprime dans un pluralisme d'idées qui ne cesse de se s'alimenter.

Il est aussi fondamental de rappeler que pour le judaïsme traditionnelle, le prosélytisme est contraire à la foi Juive, et ce d'après tous les courants Rabbinique.
On peut résumer que « spirituellement » parlant, le Judaïsme considère que chaque être humain et chaque peuple dans leurs particularismes ont le droit au « salut » et nul besoin pour cela d'appartenir au peuple Juif qui imposerait le devoir de s'y convertir.

J'ai essayé dans un résumé, que je qualifierai presque d' « outrancier », de donner une définition la plus factuelle possible de ce qu'est le peuple Juif.

En bref un peuple dont le plus grand des particularismes est une universalité unique et totalement atypique, et qui donc ne peut s'exprimer à l'unisson de par sa nature la plus profonde.

Mr Moati a parlé d'empathie au début de sa conférence, or justement, les hommes ne sont pas tous capable du même niveau d'empathie (je pense à ce propos que l'empathie dont est doté Mr Moati fait de lui un excellent professionnel dans son métier).
Il reste que de façon générale nous avons plus de facilité à éprouver ce sentiment vis à vis de personnes ou de situations qui nous sont d'une façon ou d'une autre familière.

Comment éprouvé de l'empathie pour un peuple qui correspond aussi peu aux critères des autres nations.
D’ailleurs, l’antisémitisme s'adapte et accompagne le peuple Juif dans sa diversité, bien que le peuple Juif n'a jamais fait preuve de velléité vis-à-vis de quiconque dans sa diaspora, il a été accompagné systématiquement par la xénophobie. Au dix-neuvième siècle lorsque des droits lui furent enfin accordés, l’antisémitisme traditionnel se trouva adjoint de l’antisémitisme moderne dont nous connaissons tous le résultat.

Lorsque le peuple Juif retrouva sa terre et transforma désert et marécage en champs, culture et aujourd’hui couveuses pour sciences et usines high-tech, on lui prêtera des intentions hégémoniques. Alors que de même que le peuple Juif n'est pas prosélyte, Israël n'a de vue ni sur Rome, ni sur La Mecque mais uniquement sur la Judée.
Ajoutez à cela le les intérêts stratégiques et économiques avec le cynisme des nations et l'ignorance populaire, et alors les antisémitismes ont pu s'adjoindre sa nouvelle et désastreuse évolution qui se nomme l'antisionisme.

Je voudrai faire part d’une « analyse » sans doute désagréable à entendre (en grande partie inspirer par les cours du Rav Léon Ashkenazi), mais je pense que la plupart des idéologies et politiques du monde moderne, aussi réactionnaires soient elles, sont issu des grandes religions monothéistes et des grands empires. Alors que certains prennent un malin plaisir à stigmatiser ces mêmes religions, ils ne se rendent pas compte qu'ils en ont adoptés la pire des caractéristiques qui constitue à penser que « hors de leurs paroisses, point de salut  !  » et attendent en fait, leurs heures pour devenir les nouvelles tyrannies.
Non que ce soit une volonté consciente mais, c’est hélas l’héritage qui leurs a été légué des grands rêves universaliste religieux et impériaux.
Paradoxalement à ce phénomène anti religieux, ce sont les Chrétiens qui en font le plus les frais, alors qu'a bien des égards, ils ont fait amende honorable dans leurs déclarations et dans leurs actes.
En tout état de cause, l'antisémitisme et l’antisionisme prêtent des intentions aux Juifs et à Israël qu’ils ne trouveront jamais que dans l'inconscient de leurs propres histoires.

Je voudrai raconter un échange intéressant à ce propos lors d'un séjour professionnel de deux mois effectué en France (je suis citoyens Israélien).
Le directeur de l’hôtel ou j'ai séjourné était Maghrébin et nous avons rapidement sympathisé, à un certain moment il m'a interpellé en me disant ceci  : « Israël  ! Ce n'est pas possible, ça ne peut pas marcher », à ce moment, j'ai craint le pire me demandant, à quel sauce allais il tenter de me manger  ? Il ajouta « Israël, c'est comme d'essayer de mettre le monde en boite » puis il développa, expliquant qu'une telle diversité dans un pays si petit était une chose impossible. J'ai était très étonné d'une telle perspicacité, particulièrement de la part d'un non Juif.
Pour conforter ses propos, en Israël, on entend quasi quotidiennement les gens se plaindre en disant « les israéliens sont comme ceci ou comme cela » comme si la personne qui parlait n'était pas lui-même israélien. J'ai mis des années à comprendre qu'en fait, aucune population ne peut vraiment se distinguer au point de pouvoir dire représenter l'israélien type. Entre un Juif du Yémen et un Juif Polonais tous deux nés en Israël, il n'y a pas moins de différence qu'entre un Juif Russe et un Juif Mexicain nouvellement arrivé.
Si vous ajoutez à cela les appartenances traditionnelles, culturelles et idéologiques sans oublier que tous ces courants se subdivisent encore entre « religieux » et « non religieux », vous aurez une minuscule idée de ce que peut être la mesure de la diversité que l'on trouve dans le peuple Juif et particulièrement en Israël ou l'on retrouve toutes ses branches.
Je pense qu'Israël et les Juifs représentent le meilleur témoignage que la diversité n'est pas un danger, et qu'elle n'est pas incompatible non plus avec la fraternité, bien au contraire, et que somme toute, elle est la preuve qu'il y a un réel espoir de paix social et territorial pour toute l'humanité.

REPONSE A SERGE MOATI 12 janvier 12:07, par NADJEAN

Mons MOATI bonjour

BRAVO pour votre discourt très gauchiste ! Il fallait s'y attendre !
vous etes chez "club C. B. L. "
votre discourt n'a rien a envier a l'extreme droite ! Vous etes seulement a l'extreme gauche !
c'est pas mieux ! Vous occultez complètemement les menaces islamistes partout dans le monde et particulièrement en France ! ICI ET PARTOUT allieurs des juifs sont agréssés et tués par des musulmants
QUAND MEME ! ALORS PRENDRE INVARIABLEMENT LA DEFFENCE "des immigrés " et d'une façon genérale croire naivement qu'ISRAEL sera en paix quand les palestiniens auront leur pays : c'est encore ne pas vouloir comprendre l'ideologie qui les anniment.
non pas que je n'ai pas l'espoire que ça change un jour ! Mais il faut etre réaliste !

Une réponse instinctive de régulation dramatique, ou une harmonie avantageuse : au choix 18 décembre 00:40, par Alex

Le partage des richesses dans un système hiérarchique incontrolé permet tous les rêves de grandeur de chaque unité où même le plus dévalué se reconnait à travers celui qui le domine. Nous nous refusons, par paresse intellectuelle à nous accepter comme le témoin et le controleur vital de l'autre. Quand une majorité d'êtres irresponsables, dans l'histoire romaine, acceptait de confier leur existence à une minorité ambitieuse et incompétente, une régulation démographique eu lieu comme si l'existence humaine ne pouvait être régie par seulement des principes de raison et animal. A nous de militer pour un Equilibre plutôt que pour une existence menacée par une hypothèse de régulation des unités dites contextuellement surnuméraires.

Quand plusieurs unités d'un même projet proclament l'autre comme "le surnuméraire" : une réponse ins 17 décembre 23:05, par Alex

Combien il est difficile de rester crédible comme acteur d'une démocratie en refusant le fruit d'une élection démocratique pour promouvoir une dualité stérile plutôt que le projet commun et le partage.
La rigidité intellectuelle n'a pas le pouvoir d'en chasser une autre, comme la corruption interdit le changement : le mouvement vital de la vie s'arrête en même temps que le contrôle de nos dirigeants.
Si chacun peut croire en secret, à tort, dans ses rêves de grandeur de créer de la souffrance pour se prouver qu'il existe et de se divertir de cette souffrance par peur de connaitre l'ennui, le seul référentiel acceptable est l'ensemble des existences toutes confondues : l'histoire se répètera tant que l'homme reproduira des systèmes faisant la promotion d'élite par naissance plutôt que par le contrôle du mérite. La compétence d'une unité doit être contrôlée régulièrement et ne doit être l'objet d'une convoitise par pillage ou par héritage. Peut être avons nous perdu le sens des priorités utiles à la survie de notre espèce, dans un monde où les héros qui sauvent les autres des flammes ou permettent les naissances sont, par reconnaissance, dévalués au profit de ceux qui nous font danser et rire.
Saurons nous éviter une décadence d'Etat à la romaine et des drames humains, où nous serons tous responsables ?
Faisons la promotion de l'équilibre entre spiritualité/animalité/et raison : à chaque fois que nous tombons dans la promotion d'un seul nous créons des drames.

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
Cercle Bernard Lazare http://www.bernardlaza...
 
 

Biographie du conférencier

Serge Moati - journaliste

Serge Moati, né Henry Haïm Moati le 17 août 1946 à Tunis, est un journaliste et réalisateur français.
Il travaille surtout pour la télévision mais a aussi été scénariste, producteur, acteur, écrivain et présentateur de télévision. Moati fut également un conseiller de François Mitterrand. Sa reconnaissance par le grand public date de 1999, où il commence à animer Ripostes sur France 5, une émission de débats politiques et sociaux.

Bibliographie du conférencier

Serge Moati - journaliste
  • 30 ans après, (Seuil, 2011)
    Acheter
  • Du côté des vivants, (Le Livre de Poche, 2009)
    Acheter
  • Villa Jasmin, (Le Livre de Poche, 2005)
    Acheter
  • Le 7è jour d’Israël. Un kibboutz en Galilée, (Mille et une nuits, 1998)
    Emprunter
  • Shimon Peres... un combat pour la paix , (Image & Compagnie : France 3, 1996)
    Emprunter
  • La haine antisémite, (Flammarion, 1992)
    Acheter | Emprunter
  • La Saison des palais, (Grasset, 1986)
    Emprunter
  • Juifs de France, pourquoi partir ? , (Stock , 2017)
    Acheter
  • Le Pen, vous et moi , (Flammarion , 2014)
    Acheter
  • Dernières nouvelles de Tunis , (Michel Lafon , 2011)
    Acheter
 
 
ORGANISATEUR
Cercle Bernard Lazare http://www.bernardlaza...
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier

  • L'an prochain à Jérusalem
    Ces juifs qui veulent quitter la France  (37 min)
    S. Moati - S.  Ascoli Paris, janvier 2017
  • Valeurs communes et combats pluriels
    Les Gauches en question  (149 min)
    L.  Azoulai - A. Bergounioux - J. Birnbaum - M. Boutih - E.  Fajgeles - K. Kanner - S. Moati - S.  Rousseau - B.  Stora - M. Wieviorka paris, mai 2016
  • Cinéma israélien
    Une autre vision du monde  (57 min)
    J. Clément - D. Fisher - A. Frachon - D. Lipkin - S. Moati - D. Shek Paris, mars 2012
  • 30 ans après
    Mitterrand et Moati  (81 min)
    Serge Moati, journaliste Paris, mai 2011